La Sonate Le Printemps

Dimanche 10 juillet à 18h
Viviers, Hôtel de ville
Avec Nima Sarkechik (piano) & Christophe Collette (violon)

« Duos piano et violon, d’hier à aujourd’hui »

Suite et fin du traditionnel dimanche musical à Viviers, avec l’interprétation d’une autre sonate de Beethoven, dénommée Le Printemps. Au tour de Christophe Collette, violoniste et fondateur du Quatuor Debussy, de rejoindre le pianiste Nima Sarkechik à travers cette œuvre cultissime. Une musique remplie d’allégresse printanière et de joie de vivre, idéale pour conclure cette journée au cœur d’une salle qui était, à l’époque, destinée à accueillir des musiciens pour les réceptions officielles. S’ajoutent à ce concert deux figures qui, chacune à sa façon, font toute la richesse du répertoire musical pour piano et violon : l’historique et indétrônable Mozart, ainsi que la compositrice Florentine Mulsant, invitée spéciale de cette 23e édition des Cordes en ballade.

Programme :

  • Wolfgang Amadeus Mozart (1762-1791), Sonate pour piano et violon n°18 en sol majeur K. 301 (1778)
  • Ludwig Van Beethoven (1770-1827), Sonate pour violon et piano n°5 en fa majeur op 24, Le Printemps (1801)
  • Florentine Mulsant (née en 1962), Sonate pour violon n°3 op 100 (2020)

Tarifs : 15€ / 10€ réduit / Gratuit -16 ans (tarifs & offres)

 

Billetterie en ligne

+ Découverte

Rencontre 16h30 avec Florentine Mulsant, compositrice en résidence durant la 23e édition des Cordes en ballade, et dont cinq de ses œuvres pour quatuor à cordes sont jouées durant le Festival. Rendez-vous à l’Hôtel de Ville de Viviers.

Découvrir

À propos de Nima Sarkechik

Le parcours de Nima Sarkechik et les récompenses qui le distinguent témoignent d’une étonnante personnalité musicale. Ses concerts remarqués à La National Gallery of Arts et au Kennedy Center de Washington couronnent une carrière internationale florissante : le jeune pianiste franco-iranien s’est produit aux quatre coins du monde. On l’entend en France sur des scènes prestigieuses et aux côtés de nombreux orchestres. Il est le soliste de la Camerata Bellerive sous la direction de Gabor Takacs, de l’orchestre de chambre de Lausanne dirigé par Jesus Lopez Cobos dans le 3e concerto de Beethoven, mais aussi du 3e concerto de Rachmaninov avec l’orchestre Philarmonique de Tiraspol, le 25e concerto de Mozart avec l’orchestre de chambre de Chisinau sous la direction de Didier Talpain. Il se produit auprès de l’Orchestre Symphonique d’Odessa, l’Orchestre de chambre de Thessalonique, l’Orchestre des Lauréats du Conservatoire de Paris, de l’orchestre de l’Alliance. Lauréat de nombreux prix internationaux, il est reconnu pour son engagement aux côtés d’associations et auprès des quartiers populaires.

« Le jeune pianiste conjugue la fougue avec la rigueur,
la puissance – violente, instantanée – avec le repli au bord du silence,
les certitudes avec l’hésitation de l’improvisation. » Diapason

« Comment peut-on être persan et en même temps si viennois avec Schubert,
si germanique avec Brahms, si français avec Debussy ? » Télérama

« L’été, une période pétillante pour le pianiste. » Ouest France

Découvrir

À propos de Christophe Collette

Fondateur du Quatuor Debussy en 1990, Christophe Collette occupe depuis le rôle de premier violon et de responsable artistique.

Après des études générales scientifiques à Valence, huit années d’études musicales au CNSMD de Lyon de 1984 à 1992, DNESM mention TB à l’unanimité premier nommé, mention spéciale pour l’œuvre contemporaine, un 3e cycle en violon et un 3e cycle en quatuor à cordes, il se consacre exclusivement au quatuor à cordes en 1992.

Cinq ans d’enseignement au Conservatoire National de Valence (1984-1989), trois saisons comme membre de l’orchestre de l’Opéra de Lyon (1988-1991), cinq années d’enseignement du quatuor au CNSMD de Lyon (1998-2003) au sein du Quatuor Debussy avec lequel il parcourt le monde depuis presque 30 ans après trois premiers prix internationaux, 4 prix spéciaux et une Victoire de la Musique.

Titulaire du Certificat d’Aptitude à l’enseignement du violon depuis 1993, il joue sur un violon de Paolo Maggini, Brescia 1610.

« Le Quatuor Debussy, l’un des rares en France à se consacrer
à son art à temps plein, déborde de projets. » La Croix

« Bien plus qu’un quatuor à cordes, le Quatuor Debussy
fait de la musique de chambre un outil de savoir,
de transmission et d’ouverture. » Acteurs de l’économie

« Du cirque au jazz, le Quatuor Debussy n’a peur de rien. » Télérama

Découvrir

Viviers

La capitale du Vivarais accueille traditionnellement le concert d’ouverture de chaque édition du Festival, depuis ses premiers pas en 1999 mais également une, voire plusieurs, autres dates chaque année : cathédrale Saint-Vincent, hôtel de ville, théâtre, rencontres dans les écoles et en maisons de retraite…

Découvrir