La Sonate à Kreutzer

Dimanche 10 juillet à 15h
Viviers, Hôtel de ville
Avec Nima Sarkechik (piano) & Emmanuel Bernard (violon)

« Une œuvre mythique à découvrir »

La journée autour du piano se poursuit avec Nima Sarkechik, pianiste franco-iranien multi-récompensé, accompagné d’Emmanuel Bernard, violoniste du Quatuor Debussy, pour une interprétation de la mythique Sonate à Kreutzer. D’abord composée pour le violoniste George Bridgetower, le créateur de cette 9e Sonate pour violon et piano, Beethoven va finalement décider de dédier l’œuvre au violoniste et compositeur français Rodolphe Kreutzer. Cette œuvre controversée fut notamment reprise comme titre d’un sombre roman de Tolstoï, comptant l’histoire d’un mari jaloux qui tue sa femme qu’il croit infidèle. Une œuvre majeure de la musique à découvrir dans un cadre intimiste remarquable.

Programme :

  • Ludwig Van Beethoven (1770-1827), Sonate pour violon et piano n°9 opus 47, Sonate à Kreutzer (1805)

Tarifs : 15€ / 10€ réduit / Gratuit -16 ans (tarifs & offres)

 

Billetterie en ligne

+ Découverte

Visite gratuite 13h30 “L’habitat au fil des siècles dans la ville basse“, organisée par le Pays d’Art et d’Histoire du Vivarais Méridional.
📧 contact@vivaraismeridional.fr
📞 04 75 91 45 09

Réserver

À propos de Nima Sarkechik

Le parcours de Nima Sarkechik et les récompenses qui le distinguent témoignent d’une étonnante personnalité musicale. Ses concerts remarqués à La National Gallery of Arts et au Kennedy Center de Washington couronnent une carrière internationale florissante : le jeune pianiste franco-iranien s’est produit aux quatre coins du monde. On l’entend en France sur des scènes prestigieuses et aux côtés de nombreux orchestres. Il est le soliste de la Camerata Bellerive sous la direction de Gabor Takacs, de l’orchestre de chambre de Lausanne dirigé par Jesus Lopez Cobos dans le 3e concerto de Beethoven, mais aussi du 3e concerto de Rachmaninov avec l’orchestre Philarmonique de Tiraspol, le 25e concerto de Mozart avec l’orchestre de chambre de Chisinau sous la direction de Didier Talpain. Il se produit auprès de l’Orchestre Symphonique d’Odessa, l’Orchestre de chambre de Thessalonique, l’Orchestre des Lauréats du Conservatoire de Paris, de l’orchestre de l’Alliance. Lauréat de nombreux prix internationaux, il est reconnu pour son engagement aux côtés d’associations et auprès des quartiers populaires.

« Le jeune pianiste conjugue la fougue avec la rigueur,
la puissance – violente, instantanée – avec le repli au bord du silence,
les certitudes avec l’hésitation de l’improvisation. » Diapason

« Comment peut-on être persan et en même temps si viennois avec Schubert,
si germanique avec Brahms, si français avec Debussy ? » Télérama

« L’été, une période pétillante pour le pianiste. » Ouest France

Découvrir

À propos d’Emmanuel Bernard

Après plusieurs années passées au sein de l’Orchestre National
d’Auvergne, Emmanuel Bernard rejoint le Quatuor Debussy en 2020 en tant que second violon. Pour lui « C’est une implication humaine et artistique forte, au service d’une vision de la musique ouverte et créative. » Le violon qu’il joue actuellement – un Jean-Baptiste
Vuillaume de 1848 – s’intègre et participe harmonieusement à la sonorité des instruments déjà présents.

En trente ans d’activité, le Quatuor Debussy a été applaudi aux quatre coins du monde, partageant toujours avec la même passion ses interprétations musicales sur les scènes les plus prestigieuses. Trente années de tournées régulières qui en font aujourd’hui l’une des figures incontournables de la scène musicale internationale : Premier Grand Prix du concours international de quatuor à cordes d’Évian 1993, Victoire de la musique 1996 (« meilleure formation de musique de chambre »), l’ensemble a été nommé et récompensé à maintes reprises. Porté par des valeurs de partage et de renouvellement des formes, il développe des passerelles avec différents domaines artistiques comme la danse (Maguy Marin, Anne Teresa De Keersmaeker, Wayne Mac Gregor, Mourad Merzouki…), le théâtre (Philippe Delaigue, Richard Brunel, Jean Lacornerie…) ou encore les musiques actuelles (Yael Naim, Gabriel Kahane, Cocoon, Franck Tortiller, Keren Ann…) et le cirque (Cie Circa), le Quatuor Debussy défend plus que tout l’exigeante vision d’une musique « classique » ouverte, vivante et créative. Reconnu par ses pairs pour la variété de son répertoire et son goût pour les rencontres artistiques, il continue ses collaborations avec, plus récemment, les arts numériques (David Gauchard) ou le slam (Mehdi Krüger).

« Le Quatuor Debussy, l’un des rares en France à se consacrer
à son art à temps plein, déborde de projets. » La Croix

« Bien plus qu’un quatuor à cordes, le Quatuor Debussy
fait de la musique de chambre un outil de savoir,
de transmission et d’ouverture. » Acteurs de l’économie

« Du cirque au jazz, le Quatuor Debussy n’a peur de rien. » Télérama

Découvrir

Viviers

La capitale du Vivarais accueille traditionnellement le concert d’ouverture de chaque édition du Festival, depuis ses premiers pas en 1999 mais également une, voire plusieurs, autres dates chaque année : cathédrale Saint-Vincent, hôtel de ville, théâtre, rencontres dans les écoles et en maisons de retraite…

Découvrir